Du bingo polyamoureux au bingo de la non-exclusivité

Publié le Publié dans Vie amoureuse

Mon camarade Marco Castroni, créateur du très pertinent Kill Your Idols, a récemment consacré un article au « Bingo Polyamoureux ». J’ai fréquenté brièvement le milieu polyamoureux avant de m’en distancier devant le fanatisme et l’intolérance de certain-e-s de ses membres, et il m’a donc fallu l’article de Marco pour découvrir cet exercice qui m’a bien fait sourire. En effet, je ne me considère pas polyamoureux mais suis souvent étiqueté « poly » par les personnes ayant une vision de l’idéal amoureux indexée à l’exigence d’exclusivité sexuelle. Du coup je suis concerné par ce genre de questions stéréotypées. Vous l’avez compris, ici il sera plutôt question du Bingo de la Non-Exclusivité.

Êtes vous Mormon ?

L’épisode de South Park « Tout sur les Mormons » est un de mes préférés mais non, je suis plutôt du genre athée.

Que se passe-t-il lorsque vous vous trompez de nom au lit ?

Je serai en mesure de vous répondre le jour où cela arrivera. Si un tel jour se présente…

Je ne pourrais pas faire ça !

Très bien ! A priori si vous réagissez comme cela c’est que vous n’êtes précisément pas en train de « faire ça » dans votre vie. C’est plutôt chouette, non ? Avez déjà pensé à savourer la cohérence de votre situation? De ne pas avoir à faire quelque chose qui vous déplaît ?

Et donc vous êtes échangistes ?

Non.

Vous n’êtes pas satisfait avec un partenaire unique ?

Jamais longtemps. Mais qui sait, peut-être qu’un jour mon désir se retrouvera entièrement focalisé sur une seule personne sans que j’aie senti le vent tourner.

Avez-vous peur de l’engagement ?

Quand il s’agit de s’engager dans quelque chose qui nuit à mon épanouissement, oui. Je vous souhaite d’avoir ce réflexe aussi.

Et au niveau des maladies ?

Le préservatif a quelque chose de magique : non seulement il protège des maladies, mais en plus il évite les grossesses non désirées. Et pour être sûr que le sexe oral n’a pas foutu la merde dans ce petit coin de paradis, il y a les dépistages. Elle est pas belle la vie ?

Le mariage c’est un homme et une femme !

Non. Le mariage est une manne considérable pour les avocats à travers le monde de par les divorces qui en découlent.

Laquelle est votre préférée ?

Vous le sauriez si nous étions amis.

J’aimerais pouvoir vivre comme ça !

Ok. Avez-vous déjà essayé de faire correspondre votre vie avec vos envies ?

Comment trouvez-vous le temps pour tout ça ?

Je ne vois pas toutes mes partenaires à la même fréquence, et comme multiplier les rencontres c’est aussi multiplier les ruptures. je passe souvent de longues semaines seul.

Quand allez-vous en choisir une ?

Je l’ignore.

ESPACE LIBRE :

« enjoy the silence » (en plus j’adore cette chanson)

Vous n’avez sûrement pas de complexes physiques !

Par définition les complexes sont subjectifs. Des femmes sur lesquelles vous vous retournez dans la rue s’ouvriront peut-être les veines ce soir. Cet homme qui vous paraît trop beau pour être accessible a peut-être passé sa vie à attendre un amour qu’il n’a jamais reçu.

Que se passera-t-il lorsque vous voudrez fonder une famille ?

Rien.

Vous dormez où, tous autant que vous êtes ?

Je dors chez moi ou chez mes partenaires. Et la plupart du temps je dors seul pour les raisons évoquées plus haut.

Vos parents étaient comme ça ?

Mes parents étaient pires.

En fait c’est simplement que vous couchez à gauche et à droite.

Pas autant que je l’aimerais, mais quand mon business sera mieux développé je pourrais consacrer plus de temps à cette activité aussi futile qu’indispensable qu’est la drague de rue (comme je suis un homme, je ne me fais pas aborder dans la rue et je dois donc faire le travail pour deux, n’en déplaisent à certains féministes inconscients de leurs propres biais cognitifs).

Accepteriez-vous un plan à trois avec mon partenaire et moi ?

Non.

Si ma femme couchait avec une autre femme je n’y verrais aucun inconvénient, mais sûrement pas si c’était avec un homme !

Careful what you wish for

Ne vous en faites pas, un jour vous trouverez la bonne.

Je n’adhère pas au concept de « la bonne ». Tout cela ressemble à une projection des images parentales, m’voyez.

Vous n’en avez jamais marre de faire du sexe tout le temps ?

Parfois, oui. Quand je couche avec une amante trois jours d’affilée. C’est aussi pour cela que je plaque parfois toutes mes partenaires sur un coup de tête. Mais rassurez-vous, je me fais régulièrement plaquer, rejeter, abandonner ou manipuler, ça m’offre de belles périodes de solitude.

Ce n’est pas de l’infidélité ?

À mes yeux la vraie infidélité ce sont les personnes qui prétendent expérimenter les relations libres alors qu’elles cherchent uniquement un partenaire tampon après la fin d’une grosse histoire exclusive. Et puis il y a aussi les monogames qui considèrent les non-exclusifs comme des denrées jetables. Ce sont parfois les mêmes. Je laisse de côté la trahison ultime que représente une coucherie dans un cadre prétendument monogame.

Au sujet des enfants ?

Mieux vaut poser la question aux personnes qui sont parents, vous ne pensez-pas ? Pour ma part je suis égoïstement concentré sur mon épanouissement personnel et ma mission artistique.

Vous n’êtes jamais jaloux ?

Oh que si. Dès qu’une partenaire n’a pas autant envie de me voir que j’ai envie de la voir je suis en manque de reconnaissance et les pires fantasmes abandonniques me traversent l’esprit. Mais tant que nos rythmes sont synchrones, tout va bien. Qu’elle enchaîne les gang-bangs ou les coups de foudre ne m’inquiète ni ne me regarde (sauf si elle veut en parler, auquel cas je suis tout ouïe).

Une réflexion au sujet de « Du bingo polyamoureux au bingo de la non-exclusivité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *